Papillon pris au piège dans un bocal, symbolisant le sort de nombreuses victimes de violences et harcèlement sexuel au travail dont la parole est libérée par le mouvement #Metoo qui remettra le consentement au coeur du débat.

Il était une fois un papillon nommé Lolita…

Imaginez-vous un instant dans le corps d’un papillon avide de liberté, capturé avant même d’avoir pu déployer ses ailes, confiné dans l’espace restreint d’un bocal. Une lutte silencieuse s’engage. La scène se déroule à la vue de tous, des témoins silencieux assistent, observant sans se manifester. Par peur des représailles, par perversité ou par gêne, peu importe les raisons, le résultat est le même. La loi du silence prévaut, imposant de ne pas faire de vagues. Le papillon pris au piège, sous emprise, finira par se libérer grâce à une bourrasque nommée #Metoo. Comme ces nombreuses filles et femmes qui subissent des violences sexuelles, aussi dans le milieu du travail, sans oser en parler. Jusqu’au jour où…

Du roman au cinéma : comment le mythe s’est crée.

Combien de filles et de femmes ont vu leurs récits et leurs voix réprimés par une société qui les sexualise et les objectifie ? Comme ce papillon, elles sont supposément consentantes dans leur silence, qui dans beaucoup de situations est révélateur d’une emprise*. Un silence pourtant provoqué par la peur, par la pression, par la coercition**. Sans compter celles qui ont prononcé le “non », sans que leur décision soit respectée, voyant leur consentement bafoué ?

Lolita, personnage principal du roman de Vladimir Nabokov publié en 1955, porte le même nom que l’œuvre, qui a profondément marqué la culture populaire et le cinéma. Le récit, narré du point de vue d’Humbert Humbert, un homme d’âge mûr obsédé par Dolores Haze, une jeune fille de douze ans surnommée Lolita, a été adapté à plusieurs reprises au cinéma. Cela inclut les adaptations de Stanley Kubrick en 1962 et d’Adrian Lyne en 1997, ainsi que d’autres films influencés par ce mythe, comme « American Beauty » (1999) et « The Crush » (1993). Romancer la relation entre des personnages féminins jeunes et des hommes plus âgés n’est pas anodin. Ces représentations ont contribué à diffuser l’image d’une Lolita séductrice, bien que le livre présente une critique complexe de cette perception.

C’est ainsi que le mythe de Lolita est né et s’est répandu au fil du temps, à travers le grand écran, avec des jeunes filles souvent dépeintes en séductrices. Image éclipsant totalement les dynamiques de pouvoir et l’absence de consentement. Cette représentation a renforcé des stéréotypes néfastes, contribuant à la sexualisation précoce et à l’objectivation des filles et des femmes.

La notion de consentement à l’ère de #Metoo.

L’un des problèmes majeurs avec le mythe de Lolita et ses adaptations est l’absence de questionnement sur le consentement. Représenter des jeunes filles comme des instigatrices plutôt que des victimes n’est pas sans conséquences. Le cinéma a ainsi contribué à brouiller les lignes autour du consentement, alimentant ainsi les justifications du harcèlement sexuel et des comportements prédateurs.

La représentation des femmes dans le cinéma, influencée par le mythe de Lolita, a des implications directes sur la réalité du harcèlement sexuel également dans le monde du travail. Elle a perpétué une culture de la transgression qui minimise et normalise le harcèlement sexuel, rendant la tâche difficile aux victimes pour se faire entendre et obtenir justice.

Le mouvement #MeToo, initié par Tarana Burke en 2007 aux USA et devenu viral dix ans plus tard, a marqué un tournant dans la lutte contre le harcèlement et les violences sexuelles. De nombreuses victimes se sont mises à raconter leur histoire, se libérant ainsi du poids de la honte. Une étape nécessaire pour se reconstruire et avancer. En 2024, la France connaît sa propre vague #MeToo, avec des plaintes visant des figures emblématiques du cinéma, telles que Gérard Depardieu. Cette mobilisation marquera-t-elle la fin de l’omerta en France ? Elle suggère en tout cas un changement profond dans la manière dont la société réagit aux violences sexistes et sexuelles. Espérons que ce soit la fin d’un règne, celui du silence complice.

La culture du harcèlement sexuel dans le milieu de travail.

En contribuant à façonner des perceptions nocives des jeunes filles et des femmes, le mythe de Lolita a permis d’alimenter une culture du harcèlement sexuel également au sein des organisations de travail. La prise de conscience de ces dynamiques est le premier pas vers le changement.

En Europe, les dernières études parlent de 6 femmes sur 10 qui subissent du harcèlement sexuel au cours de leur carrière. Des comportements qui coupent les ailes de nombreuses femmes, les freinant dans leur évolution. C’est alors qu’intervient le syndrome de l’imposteur, coupable idéal qui évite de se confronter aux facteurs externes, à la culture toxique des organisations qui tolèrent et engendrent ces comportements. On salue l’instauration de quotas pour accélérer la féminisation des équipes de direction, mais des mesures de ce genre resteront insuffisantes tant que les comportements abusifs envers les femmes perdureront.

En reconnaissant l’impact du mythe de Lolita et en travaillant ensemble pour démanteler son impact sur la perception des femmes, nous pouvons espérer bâtir une société où le respect et l’égalité prévalent, où la notion de consentement a du poids et de la valeur.

Des solutions constructives et pragmatiques.

Des plateformes de recueil de la parole comme Rez-care.com, sont essentielles pour soutenir les victimes de harcèlement et discrimination dans le contexte professionnel. ll s’agit également de promouvoir l’inclusion effective de tous les employés, quelles que soient leurs différences démographiques et cognitives. Conseil personnalisé, écoute confidentielle, ateliers de prévention et formations détecter et surmonter les situations à risques: Rez-care.com joue un rôle crucial dans la lutte contre toutes les formes de harcèlement et discrimination dans le milieu du travail. En mettant l’accent sur la sensibilisation et l’éducation autour du consentement et des dynamiques de pouvoir, la plateforme contribue à créer un environnement de travail plus sûr et inclusif pour tous.tes.x.

Pour aller plus loin

Découvrez l’offre de soutien individuel de Rez-care
En savoir plus sur les solutions entreprises et organisations
Les actions de sensibilisation menées par l’association Rezalliance à travers la « Journée internationale contre le harcèlement et pour l’inclusion dans le monde du travail » (www.24may.org)

Définitions :
*Emprise : Mécanisme d’ascendance et de violence psychologique qui s’opère dans le temps et mène progressivement la victime à la dépendance affective. Au travail, en couple, en famille, avec des amis, il n’est pas rare de se retrouver sous l’emprise psychologique de quelqu’un. Passeport santé
** Coercition :  Action de contraindre quelqu’un, pour le forcer à agir ou à s’en abstenir. La contrainte peut être physique ou psychologique. wikipedia

fr_FRFrench